Fondation Garches - Des professionnels : médecins, chercheurs, paramédicaux... s’engagent aux côtés des personnes handicapées

Etudes sur la tDCS et l’aphasie

Vingt-cinq études se sont intéressées aux effets, sur le langage, des stimulations transcrâniennes en courant continu auprès de sujets cérébrolésés.

Seules trois d’entre elles ne constatèrent pas d’amélioration des performances immédiatement après les sessions de stimulation (19-21). Toutes les autres concluaient à un bénéfice du recours à cette technique lors des rééducations orthophoniques et ce, malgré la différence du nombre de séance, du critère de jugement et du délai post-AVC. Ceci pourrait aller dans le sens d’une adjonction possible de cette technique en routine clinique.

L’objectif principal de cet étude est d’étudier le bénéfice de l’adjonction d’une stimulation transcrânienne non invasive (tDCS) active à la rééducation orthophonique sur le langage oral spontané du patient aphasique par rapport à une condition placebo.

Les objectifs secondaires sont :

• D’étudier le bénéfice induit par l’adjonction d’une stimulation transcrânienne non invasive (tDCS) active à la rééducation orthophonique sur le langage oral contraint du patient aphasique.
• D’étudier le bénéfice induit par l’adjonction d’une stimulation transcrânienne non invasive (tDCS) à la rééducation orthophonique sur deux mesures non langagières.
• D’étudierle retentissement de l’adjonction d’une stimulation transcrânienne non invasive (tDCS) à la rééducation orthophonique sur les capacités de communication.
• D’étudierle maintien des effets de la stimulation après arrêt du traitement à une semaine, deux semaines, quatre semaines et six semaines.
• Evaluer la faisabilité de l’adjonction de cette technique du point de vue du patient, des thérapeutes et de la famille.